Soutenez bible.audio

 /   /   /  Luc 2     

Luc 2
Grande Bible de Tours


1 Vers ce même temps, on publia un édit de César Auguste pour faire le dénombrement des habitants de toute la terre.
2 Ce premier dénombrement fut fait par Cyrinus, gouverneur de Syrie*.
Le dénombrement commencé par Centius Saturninus fut achevé par Cyrinus, Cyrenius ou Quirinius, soit que ce dernier fût le délégué de Saturninus, soit qu’il fût son successeur, et qu’on lui attribuât entièrement l’exécution d’une mesure qui fut très odieuse aux Juifs.
3 Et tous allaient se faire enregistrer, chacun dans sa ville.
4 Joseph donc partit de Nazareth en Galilée, et vint en Judée à la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David*,
L’ambition et l’avarice inspirèrent l’idée de ce dénombrement des sujets de l’empire. Dieu s’en servit pour accomplir les prophéties touchant le lieu où devait naître le Messie. (Mich., V, 2.) Ce fut un moyen de prouver que Jésus était sorti de la race de David et de le constater par un document officiel. Saint Justin et Tertullien nous apprennent que de leur temps on voyait dans les registres du dénombrement le nom de Jésus et ceux de sa parenté. (Voy. S. JUSTIN. Apolog. I. — TERTULL. contra Jud., lib. IV ; contra Marcion., lib. IV.)
5 Afin de se faire enregistrer avec Marie, son épouse, qui était enceinte.
6 Pendant qu’ils étaient en ce lieu, le temps auquel elle devait enfanter s’accomplit,
7 Et elle enfanta son fils premier-né* ; elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait point de place pour eux dans l’hôtellerie*.
Jésus est le fils premier-né et le fils unique de Marie. Sa qualité de premier-né est mentionnée parce que, suivant la loi, les privilèges du premier-né lui appartenaient.
Les hôtelleries de l’Orient n’ont jamais eu rien de semblable à nos hôtelleries modernes. C’étaient des espèces d’enceintes où on trouvait à se mettre à l’abri des malfaiteurs ; quelques-unes seulement étaient à couvert. Joseph et Marie se retirèrent dans une grotte où les bergers du voisinage conduisaient leurs troupeaux pendant la saison des pluies.
8 Or, dans la même région, des bergers veillaient à la garde de leur troupeau ;
9 Et tout à coup un ange du Seigneur se présenta à eux, et une lumière divine les environna ; et ils furent remplis d’une extrême frayeur.
10 Alors l’ange leur dit : Ne craignez point ; car je vous annonce une nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie :
11 Aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur ;
12 Et cela vous servira de signe : vous trouverez un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche.
13 Au même instant s’unit à l’ange une grande troupe de l’armée céleste, louant Dieu, et disant :
14 Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté*.
Selon le texte grec, ces expressions peuvent s’entendre ainsi : Et grâce ou bienveillance aux hommes sur la terre.
15 Dès que les anges se furent retirés dans le ciel, les bergers se dirent l’un à l’autre : Passons jusqu’à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé et que le Seigneur nous a fait connaître.
16 Ils vinrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et l’enfant couché dans une crèche.
17 En le voyant, ils reconnurent la vérité de ce qui leur avait été dit touchant cet enfant.
18 Et tous ceux qui l’apprirent en furent dans l’admiration, ainsi que de ce qui leur avait été rapporté par les bergers.
19 Or Marie conservait toutes ces choses, les méditant dans son cœur.
20 Et les bergers s’en retournèrent glorifiant et louant Dieu de toutes les choses qu’ils avaient entendues et vues, selon qu’il leur avait été dit.
21 Le huitième jour, où l’enfant devait être circoncis*, étant arrivé, il fut nommé Jésus, nom que l’ange avait donné avant qu’il fût conçu dans le sein de sa mère.
Ce fut, sans doute, saint Joseph, père nourricier de Jésus, qui le circoncit, comme c’est lui, ainsi que nous l’apprend saint Matthieu (I, 25), qui lui donna le nom de Jésus.
22 Lorsque le temps de la purification de Marie fut accompli, selon la loi de Moïse, ils le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur*,
Marie, la pureté même, n’avait aucun besoin d’être purifiée après l’enfantement divin. Elle se soumit cependant aux prescriptions de la loi par esprit d’humilité et par obéissance.
23 Selon qu’il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout fils premier-né sera consacré au Seigneur ;
24 Et pour offrir l’hostie selon la loi du Seigneur, deux tourterelles, ou deux petits de colombe*.
Cette offrande était celle des pauvres. (Lévit., XII, 8.) L’historien sacré ne parle pas ici du prix du rachat des premiers-nés, selon la loi. (Exode, XIII, 13.) Il n’est pas douteux que Joseph et Marie offrirent les cinq sicles, que les Israélites, zélés observateurs des ordonnances divines, ne manquaient pas de donner en pareille circonstance.
25 Or il y avait à Jérusalem un homme juste et craignant Dieu, nommé Siméon, qui vivait dans l’attente de la consolation d’Israël ; et le Saint-Esprit était en lui.
26 Il lui avait été révélé par le Saint-Esprit qu’il ne mourrait point sans avoir vu auparavant le Christ du Seigneur.
27 Il vint donc au temple par l’inspiration de l’Esprit-Saint. Et comme le père et la mère de l’enfant Jésus l’y amenaient, afin d’accomplir pour lui ce que la loi avait ordonné,
28 Il le prit entre ses bras, et bénit Dieu, en disant :
29 Maintenant, Seigneur, vous laisserez mourir en paix votre serviteur, selon votre parole,
30 Puisque mes yeux ont vu le Sauveur donné par vous,
31 Et que vous destinez à être exposé à la vue de tous les peuples,
32 Pour être la lumière qui éclairera les nations, et la gloire de votre peuple d’Israël.
33 Le père et la mère de Jésus étaient dans l’admiration des choses que l’on disait de lui.
34 Et Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère : Celui-ci a été placé pour la ruine et pour la résurrection de beaucoup en Israël, et pour être un signe auquel on contredira ;
35 Et un glaive transpercera votre âme, afin que les pensées du cœur d’un grand nombre soient manifestées.
36 Il y avait aussi une prophétesse nommée Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser ; elle était fort avancée en âge, et elle avait vécu seulement sept ans avec son mari, qu’elle avait épousée étant vierge.
37 Cette veuve était parvenue à l’âge de quatre-vingt-quatre ans ; elle ne s’éloignait jamais du temple, servant Dieu jour et nuit dans les jeûnes et dans les prières.
38 Étant donc survenue en ce même instant, elle louait le Seigneur, et elle parlait de lui à tous ceux qui attendaient la rédemption d’Israël.
39 Dès que (Joseph et Marie) eurent accompli tout ce qui était ordonné par la loi du Seigneur, ils s’en retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville*.
Le texte ne laisse pas ici d’incertitude. La sainte famille se retira à Nazareth. Ce fut la méchanceté d’Hérode et le massacre des Innocents qui furent cause de la fuite en Égypte.
40 Cependant l’enfant croissait et se fortifiait, étant rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était en lui.
41 Son père et sa mère allaient tous les ans à Jérusalem à la fête de Pâque.
42 Et lorsqu’il fut âgé de douze ans, ils montèrent à Jérusalem, selon la coutume de la fête.
43 Les jours de la fête passés*, lorsqu’ils s’en retournèrent, l’enfant Jésus resta à Jérusalem, sans que ses parents s’en aperçussent.
Cette solennité durait sept jours. (Exode, XXIII, 15.)
44 Et, pensant qu’il était avec ceux de leur compagnie, ils marchèrent durant un jour ; et ils le cherchaient parmi leurs parents et ceux de leur connaissance.
45 Mais, ne l’ayant point trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher.
46 Trois jours après, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant.
47 Et tous ceux qui l’écoutaient étaient étonnés de sa sagesse et de ses réponses.
48 En le voyant, ils furent remplis d’étonnement, et sa mère lui dit : Mon fils, pourquoi avez-vous agi ainsi avec nous ? Voilà que votre père et moi, très affligés, nous vous cherchions.
49 Il leur répondit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je sois aux choses qui regardent le service de mon Père ?
50 Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
51 Il s’en alla ensuite avec eux, et vint à Nazareth ; et il leur était soumis. Or sa mère conservait dans son cœur toutes ces choses.
52 Et Jésus croissait en sagesse, en âge et en grâce devant Dieu et devant les hommes.

L’Évangile en vidéo

Télécharger l'application Bible.audio

Soutenez bible.audio

Afficher un passage

Veuillez saisir un passage.

Je fais un don

Chercher dans la Bible

Partager

Pourquoi soutenir Bible.audio


Cette Bible est dans le domaine public.