La Bible audio en français

Bible en vidéo

Soutenez bible.audio

Lire la Bible en ligne

  • Lire la Bible en ligne (25 traductions sont proposées sur Bible.audio)

  • Bible Louis Segond 1910 (La traduction de la Bible par Louis Segond a été faite à partir des textes originaux hébreux et grecs.)

  • Bible Segond 21 (La Segond 21 est une traduction de la Bible éditée pour la première fois en 2007, fruit de 12 ans de travail sur les textes hébreu, araméen et grec.)

  • Nouvelle Edition de Genève (NEG) La Bible Nouvelle Edition de Genève publiée en 1979, est une révision de la version Segond, elle est pour cela aussi appelée Louis Segond 1979.

  • Parole de vie (Avec son style très direct et si compréhensible, la Version Parole de Vie représente donc une nouvelle chance pour que le message biblique atteigne les hommes et les femmes d'aujourd'hui.)

  • Bible du Semeur (La Bible du Semeur est une nouvelle traduction de la Bible en français dirigée par le bibliste Alfred Kuen et publiée en 1992.)

  • Bible Darby (La Bible Darby est la traduction française réalisée par John Nelson Darby au XIXème siècle à partir des textes originaux hébreux et grecs.)

  • Bible en français courant (La traduction de la Bible en français courant a été entreprise conformément à un plan établi il y a environ trente ans par l'Alliance biblique universelle

  • Parole Vivante (La Parole vivante est une synthèse d'environ 80 versions existantes, elle propose un texte actuel et compréhensible par tous.)

  • Bible Ostervald (La Bible Ostervald a été traduite directement des textes originaux hébreux et grec.)

  • Bible Martin (La Bible traduite par David Martin permet au lecteur chrétien attentif et engagé de retrouver dans le texte biblique toute la force spirituelle pour sa marche chrétienne.)

  • Bible Vigouroux (Cette Bible est un des plus purs chefs-d’oeuvre de la traduction biblique. un monument de conscience, de savoir et de respect. )

  • Bible de Lausanne (La Bible de Lausanne de Louis Gaussen est une révision des bibles Martin et Ostervald en un seul texte, révisé et retraduit. )

  • Bible de Tours (La Grande Bible de Tours est la traduction intégrale dite de « La Vulgate », mise en français par les chanoines J.J. Bourassé et P. Janvier.)

  • Bible Crampon (La célèbre traduction du chanoine Augustin Crampon de 1923 est remarquable pour être basée essentiellement sur la Septante et la Vulgate. )

  • Bible de Sacy (La Bible de Sacy a fait autorité pendant plus de deux siècles. Elle a été la Bible de Victor Hugo et de Rimbaud..)

Ressources bibliques

  • Alfred Kuen - Des ressources édifiantes d'Alfred Kuen (Parole vivante, Sagesse vivante, Prophétie vivante, Louange vivante

  • Bible avec Dictionnaire (Etudiez la Bible en bénéficiant des définitions du dictionnaire biblique)

  • Nouvelle Bible avec codes Strong (Découvrez la version intuitive de la Bible avec codes Strong)

  • Bible avec codes Strong (La Bible avec les codes strongs permet de connaître les termes originaux grec et hébreu.)

  • Bible interlinéaire (Les commentaires verset par verset de la Bible Annotée permettent aux croyants d’avoir une compréhension plus poussée des Saintes Écritures.)

  • Comparateur de versions. Cet outil vous permet comparer les différentes traductions d'un passage biblique ainsi qu'afficher les textes en mode interlinéaire avec les textes dans la langue biblique originale.

  • Concordance biblique. Cette Concordance biblique vous permet de chercher des expressions, des mots ou des phrases dans la traduction biblique de votre choix.

  • Atlas biblique interactif. L’Atlas biblique interactif vous fait découvrir les nombreux lieux cités dans la Bible : pays, villes, provinces, villages, vallées, mers, rivières, anciennes routes et pistes dans le désert, etc.

  • Bible avec Atlas interactif. La Bible avec l’Atlas biblique interactif vous fait découvrir les nombreux lieux cités dans la Bible.

Commentaires bibliques

Dictionnaires bibliques

  • Dictionnaire encyclopédique de la Bible - Alexandre Westphal. Le Dictionnaire encyclopédique de la Bible est à la fois un dictionnaire, axé sur l'étude et la présentation des mots de la Bible, et une encyclopédie, tournée vers la revue des différents thèmes du texte biblique.

  • Dictionnaire Biblique de Jean-Augustin Bost. Le Dictionnaire biblique de Jean-Augustin Bost traite de tout ce qui est matériellement et naturellement difficile à comprendre dans la Bible, des mœurs, des lieux, des hommes, des noms de plantes, d'animaux, de minéraux, etc.

  • Dictionnaire historique et critique de la Bible Augustin Calmet. Le Dictionnaire historique, critique, chronologique, géographique et littéral de la Bible, en plus de donner la définition des mots de toute la Bible, aborde des aspects historiques, linguistiques, culturels, ethnographiques et géographiques qui pourraient échapper au croyant.

  • Dictionnaire Biblique de Charles Lelièvre. Le Lexique de la Bible du pasteur Charles Lelièvre met à la portée de tous les chrétiens le texte de la Bible qui est une source incomparable de vie spirituelle, étant le document classique de la révélation de Dieu à l'humanité.

Lexiques bibliques

Bible en anglais

Bible audio en anglais

La Bible en d'autres langues

Verset du jour - Les trésors de la foi

« Car tu n’abandonneras pas mon âme dans le sépulcre, et tu ne permettras point que ton Saint voie la corruption. » Psaumes 16.10

Cette parole a été accomplie dans la personne du Seigneur Jésus. Mais elle s’applique aussi, en une certaine mesure, à tous ceux qui sont en lui. Notre âme ne sera pas abandonnée après qu’elle aura été séparée de son enveloppe, et notre corps, lors même qu’il entre en corruption, sera ressuscité. C’est sur ce sens général plutôt que sur l’application littérale du texte que nous attirons l’attention de nos lecteurs. Notre esprit peut descendre si bas qu’il nous paraît être plongé dans les abîmes de l’enfer ; mais Dieu ne nous y abandonnera pas. Il peut nous sembler que notre âme et notre cœur soient aux portes de la mort ; mais ils ne pourront y rester.

Cette mort intérieure à la joie et à l’espérance peut aller très loin : elle n’atteindra pourtant jamais au dernier extrême du sombre désespoir. Nous pouvons être bien bas, mais pas plus que ne le permettra le Seigneur ; nous pouvons être enfermés pour un temps dans le donjon du doute, mais nous n’y périrons pas. Si noire que soit la nuit, l’étoile de l’espérance est encore dans le ciel. Le Seigneur ne nous oubliera pas et ne nous abandonnera pas à l’ennemi. Demeurons dans cet espoir. Nous avons affaire avec celui dont la miséricorde dure à toujours et, de la mort, de l’obscurité et du désespoir, nous renaîtrons sûrement par lui à la vie, à la lumière et à la liberté.

Charles Spurgeon

Bible en un an: 4 textes bibliques par jour
Jour 63

Suivez notre plan de lecture de la Bible sur un an qui vous permettra d'enrichir votre méditation quotidienne.
Cliquez simplement sur les chapitres ci-dessous pour les lire chaque jour.


Moïse monta des plaines de Moab sur le mont Nebo, au sommet du Pisga, vis-à-vis de Jéricho. Et l’Éternel lui fit voir tout le pays :
Galaad jusqu’à Dan, tout Nephthali, le pays d’Éphraïm et de Manassé, tout le pays de Juda jusqu’à la mer occidentale,
le midi, les environs du Jourdain, la vallée de Jéricho, la ville des palmiers, jusqu’à Tsoar.
L’Éternel lui dit : C’est là le pays que j’ai juré de donner à Abraham, à Isaac et à Jacob, en disant : Je le donnerai à ta postérité. Je te l’ai fait voir de tes yeux ; mais tu n’y entreras point.
Moïse, serviteur de l’Éternel, mourut là, dans le pays de Moab, selon l’ordre de l’Éternel.
Et l’Éternel l’enterra dans la vallée, au pays de Moab, vis-à-vis de Beth Peor. Personne n’a connu son sépulcre jusqu’à ce jour.
Moïse était âgé de cent vingt ans lorsqu’il mourut ; sa vue n’était point affaiblie, et sa vigueur n’était point passée.
Les enfants d’Israël pleurèrent Moïse pendant trente jours, dans les plaines de Moab ; et ces jours de pleurs et de deuil sur Moïse arrivèrent à leur terme.
Josué, fils de Nun, était rempli de l’esprit de sagesse, car Moïse avait posé ses mains sur lui. Les enfants d’Israël lui obéirent, et se conformèrent aux ordres que l’Éternel avait donnés à Moïse.
Il n’a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse, que l’Éternel connaissait face à face.
Nul ne peut lui être comparé pour tous les signes et les miracles que Dieu l’envoya faire au pays d’Égypte contre Pharaon, contre ses serviteurs et contre tout son pays,
et pour tous les prodiges de terreur que Moïse accomplit à main forte sous les yeux de tout Israël.

Après la mort de Moïse, serviteur de l’Éternel, l’Éternel dit à Josué, fils de Nun, serviteur de Moïse :
Moïse, mon serviteur, est mort ; maintenant, lève-toi, passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’Israël.
Tout lieu que foulera la plante de votre pied, je vous le donne, comme je l’ai dit à Moïse.
Vous aurez pour territoire depuis le désert et le Liban jusqu’au grand fleuve, le fleuve de l’Euphrate, tout le pays des Héthiens, et jusqu’à la grande mer vers le soleil couchant.
Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras. Je serai avec toi, comme j’ai été avec Moïse ; je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point.
Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui mettras ce peuple en possession du pays que j’ai juré à leurs pères de leur donner.
Fortifie-toi seulement et aie bon courage, en agissant fidèlement selon toute la loi que Moïse, mon serviteur, t’a prescrite ; ne t’en détourne ni à droite ni à gauche, afin de réussir dans tout ce que tu entreprendras.
Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche ; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras.
Ne t’ai-je pas donné cet ordre : Fortifie-toi et prends courage ? Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.
Josué donna cet ordre aux officiers du peuple :
Parcourez le camp, et voici ce que vous commanderez au peuple : Préparez-vous des provisions, car dans trois jours vous passerez ce Jourdain pour aller conquérir le pays dont l’Éternel, votre Dieu, vous donne la possession.
Josué dit aux Rubénites, aux Gadites et à la demi-tribu de Manassé :
Rappelez-vous ce que vous a prescrit Moïse, serviteur de l’Éternel, quand il a dit : L’Éternel, votre Dieu, vous a accordé du repos, et vous a donné ce pays.
Vos femmes, vos petits enfants et vos troupeaux resteront dans le pays que vous a donné Moïse de ce côté-ci du Jourdain ; mais vous tous, hommes vaillants, vous passerez en armes devant vos frères, et vous les aiderez,
jusqu’à ce que l’Éternel ait accordé du repos à vos frères comme à vous, et qu’ils soient aussi en possession du pays que l’Éternel, votre Dieu, leur donne. Puis vous reviendrez prendre possession du pays qui est votre propriété, et que vous a donné Moïse, serviteur de l’Éternel, de ce côté-ci du Jourdain, vers le soleil levant.
Ils répondirent à Josué, en disant : Nous ferons tout ce que tu nous as ordonné, et nous irons partout où tu nous enverras.
Nous t’obéirons entièrement, comme nous avons obéi à Moïse. Veuille seulement l’Éternel, ton Dieu, être avec toi, comme il a été avec Moïse !
Tout homme qui sera rebelle à ton ordre, et qui n’obéira pas à tout ce que tu lui commanderas, sera puni de mort. Fortifie-toi seulement, et prends courage !

Josué, fils de Nun, fit partir secrètement de Sittim deux espions, en leur disant : Allez, examinez le pays, et en particulier Jéricho. Ils partirent, et ils arrivèrent dans la maison d’une prostituée, qui se nommait Rahab, et ils y couchèrent.
On dit au roi de Jéricho : Voici, des hommes d’entre les enfants d’Israël sont arrivés ici, cette nuit, pour explorer le pays.
Le roi de Jéricho envoya dire à Rahab : Fais sortir les hommes qui sont venus chez toi, qui sont entrés dans ta maison ; car c’est pour explorer tout le pays qu’ils sont venus.
La femme prit les deux hommes, et les cacha ; et elle dit : Il est vrai que ces hommes sont arrivés chez moi, mais je ne savais pas d’où ils étaient ;
et, comme la porte a dû se fermer de nuit, ces hommes sont sortis ; j’ignore où ils sont allés : hâtez-vous de les poursuivre et vous les atteindrez.
Elle les avait fait monter sur le toit, et les avait cachés sous des tiges de lin, qu’elle avait arrangées sur le toit.
Ces gens les poursuivirent par le chemin qui mène au gué du Jourdain, et l’on ferma la porte après qu’ils furent sortis.
Avant que les espions se couchassent, Rahab monta vers eux sur le toit
et leur dit : L’Éternel, je le sais, vous a donné ce pays, la terreur que vous inspirez nous a saisis, et tous les habitants du pays tremblent devant vous.
Car nous avons appris comment, à votre sortie d’Égypte, l’Éternel a mis à sec devant vous les eaux de la mer Rouge, et comment vous avez traité les deux rois des Amoréens au delà du Jourdain, Sihon et Og, que vous avez dévoués par interdit.
Nous l’avons appris, et nous avons perdu courage, et tous nos esprits sont abattus à votre aspect ; car c’est l’Éternel, votre Dieu, qui est Dieu en haut dans les cieux et en bas sur la terre.
Et maintenant, je vous prie, jurez-moi par l’Éternel que vous aurez pour la maison de mon père la même bonté que j’ai eue pour vous.
Donnez-moi l’assurance que vous laisserez vivre mon père, ma mère, mes frères, mes sœurs, et tous ceux qui leur appartiennent, et que vous nous sauverez de la mort.
Ces hommes lui répondirent : Nous sommes prêts à mourir pour vous, si vous ne divulguez pas ce qui nous concerne ; et quand l’Éternel nous donnera le pays, nous agirons envers toi avec bonté et fidélité.
Elle les fit descendre avec une corde par la fenêtre, car la maison qu’elle habitait était sur la muraille de la ville.
Elle leur dit : Allez du côté de la montagne, de peur que ceux qui vous poursuivent ne vous rencontrent ; cachez-vous là pendant trois jours, jusqu’à ce qu’ils soient de retour ; après cela, vous suivrez votre chemin.
Ces hommes lui dirent : Voici de quelle manière nous serons quittes du serment que tu nous as fait faire.
À notre entrée dans le pays, attache ce cordon de fil cramoisi à la fenêtre par laquelle tu nous fais descendre, et recueille auprès de toi dans la maison ton père, ta mère, tes frères, et toute la famille de ton père.
Si quelqu’un d’eux sort de la porte de ta maison pour aller dehors, son sang retombera sur sa tête, et nous en serons innocent ; mais si on met la main sur l’un quelconque de ceux qui seront avec toi dans la maison, son sang retombera sur notre tête.
Et si tu divulgues ce qui nous concerne, nous serons quittes du serment que tu nous as fait faire.
Elle répondit : Qu’il en soit selon vos paroles. Elle prit ainsi congé d’eux, et ils s’en allèrent. Et elle attacha le cordon de cramoisi à la fenêtre.
Ils partirent, et arrivèrent à la montagne, où ils restèrent trois jours, jusqu’à ce que ceux qui les poursuivaient fussent de retour. Ceux qui les poursuivaient les cherchèrent par tout le chemin, mais ils ne les trouvèrent pas.
Les deux hommes s’en retournèrent, descendirent de la montagne, et passèrent le Jourdain. Ils vinrent auprès de Josué, fils de Nun, et lui racontèrent tout ce qui leur était arrivé.
Ils dirent à Josué : Certainement, l’Éternel a livré tout le pays entre nos mains, et même tous les habitants du pays tremblent devant nous.

Paul et Timothée, serviteurs de Jésus-Christ, à tous les saints en Jésus-Christ qui sont à Philippes, aux évêques et aux diacres :
que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ !
Je rends grâces à mon Dieu de tout le souvenir que je garde de vous,
ne cessant, dans toutes mes prières pour vous tous,
de manifester ma joie au sujet de la part que vous prenez à l’Évangile, depuis le premier jour jusqu’à maintenant.
Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ.
Il est juste que je pense ainsi de vous tous, parce que je vous porte dans mon cœur, soit dans mes liens, soit dans la défense et la confirmation de l’Évangile, vous qui tous participez à la même grâce que moi.
Car Dieu m’est témoin que je vous chéris tous avec la tendresse de Jésus-Christ.
Et ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence
pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ,
remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu.
Je veux que vous sachiez, frères, que ce qui m’est arrivé a plutôt contribué aux progrès de l’Évangile.
En effet, dans tout le prétoire et partout ailleurs, nul n’ignore que c’est pour Christ que je suis dans les liens,
et la plupart des frères dans le Seigneur, encouragés par mes liens, ont plus d’assurance pour annoncer sans crainte la parole.
Quelques-uns, il est vrai, prêchent Christ par envie et par esprit de dispute ; mais d’autres le prêchent avec des dispositions bienveillantes.
Ceux-ci agissent par amour, sachant que je suis établi pour la défense de l’Évangile,
tandis que ceux-là, animés d’un esprit de dispute, annoncent Christ par des motifs qui ne sont pas purs et avec la pensée de me susciter quelque tribulation dans mes liens.
Qu’importe ? De toute manière, que ce soit pour l’apparence, que ce soit sincèrement, Christ n’est pas moins annoncé : je m’en réjouis, et je m’en réjouirai encore.
Car je sais que cela tournera à mon salut, grâce à vos prières et à l’assistance de l’Esprit de Jésus-Christ,
selon ma ferme attente et mon espérance que je n’aurai honte de rien, mais que, maintenant comme toujours, Christ sera glorifié dans mon corps avec une pleine assurance, soit par ma vie, soit par ma mort ;
car Christ est ma vie, et la mort m’est un gain.
Mais s’il est utile pour mon œuvre que je vive dans la chair, je ne saurais dire ce que je dois préférer.
Je suis pressé des deux côtés : j’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur ;
mais à cause de vous il est plus nécessaire que je demeure dans la chair.
Et je suis persuadé, je sais que je demeurerai et que je resterai avec vous tous, pour votre avancement et pour votre joie dans la foi,
afin que, par mon retour auprès de vous, vous ayez en moi un abondant sujet de vous glorifier en Jésus-Christ.
Seulement, conduisez-vous d’une manière digne de l’Évangile de Christ, afin que, soit que je vienne vous voir, soit que je reste absent, j’entende dire de vous que vous demeurez fermes dans un même esprit, combattant d’une même âme pour la foi de l’Évangile,
sans vous laisser aucunement effrayer par les adversaires, ce qui est pour eux une preuve de perdition, mais pour vous de salut ;
et cela de la part de Dieu, car il vous a été fait la grâce, par rapport à Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui,
en soutenant le même combat que vous m’avez vu soutenir, et que vous apprenez maintenant que je soutiens.

Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s’il y a quelque union d’esprit, s’il y a quelque compassion et quelque miséricorde,
rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée.
Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.
Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.
Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ,
lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu,
mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme,
il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.
C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,
afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,
et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.
Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ;
car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir.
Faites toutes choses sans murmures ni hésitations,
afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde,
portant la parole de vie ; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n’avoir pas couru en vain ni travaillé en vain.
Et même si je sers de libation pour le sacrifice et pour le service de votre foi, je m’en réjouis, et je me réjouis avec vous tous.
Vous aussi, réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi.
J’espère dans le Seigneur Jésus vous envoyer bientôt Timothée, afin d’être encouragé moi-même en apprenant ce qui vous concerne.
Car je n’ai personne ici qui partage mes sentiments, pour prendre sincèrement à cœur votre situation ;
tous, en effet, cherchent leurs propres intérêts, et non ceux de Jésus-Christ.
Vous savez qu’il a été mis à l’épreuve, en se consacrant au service de l’Évangile avec moi, comme un enfant avec son père.
J’espère donc vous l’envoyer dès que j’apercevrai l’issue de l’état où je suis ;
et j’ai cette confiance dans le Seigneur que moi-même aussi j’irai bientôt.
J’ai estimé nécessaire de vous envoyer mon frère Épaphrodite, mon compagnon d’œuvre et de combat, par qui vous m’avez fait parvenir de quoi pourvoir à mes besoins.
Car il désirait vous voir tous, et il était fort en peine de ce que vous aviez appris sa maladie.
Il a été malade, en effet, et tout près de la mort ; mais Dieu a eu pitié de lui, et non seulement de lui, mais aussi de moi, afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse.
Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement, afin que vous vous réjouissiez de le revoir, et que je sois moi-même moins triste.
Recevez-le donc dans le Seigneur avec une joie entière, et honorez de tels hommes.
Car c’est pour l’œuvre de Christ qu’il a été près de la mort, ayant exposé sa vie afin de suppléer à votre absence dans le service que vous me rendiez.

Verset du jour

SELECT v.livre, v.chapitre, v.verset, L.Texte, C.NomCourt FROM vod AS v INNER JOIN Correspondance AS C ON C.Livre = v.livre INNER JOIN LSG AS L ON v.livre = L.Livre AND v.chapitre = L.chapitre AND v.verset = L.verset WHERE v.id = 3

Proverbes 16.3

Recommande à l’Éternel tes œuvres, Et tes projets réussiront.

Nos partenaires

Voir les partenaires