/   /   /  Esther 1:3     

Esther 1.3
Vigouroux


1 Au temps d’Assuérus, qui régna depuis les Indes jusqu’à l’Ethiopie, sur cent vingt-sept provinces,
[1.1 Assuérus. Xerxès Ier. Voir l’Introduction.]
2 lorsqu’il s’assit sur le trône de son royaume, Suse était la capitale (première ville) de son empire.
[1.2 Suse, capitale de la Susiane, sur l’Eulæus, une des résidences des rois de Perse.]
3 La troisième année de son règne il fit un festin magnifique à tous les princes et à ses serviteurs, aux plus braves d’entre les Perses et les (aux illustres des) Mèdes, et aux gouverneurs des provinces, étant lui-même présent
4 pour montrer la gloire et les richesses de son empire, et la grandeur et l’éclat (le faste) de sa puissance. Ce festin dura longtemps, pendant cent quatre-vingts jours.
[1.4 Le roi voulut que pendant cent quatre-vingt jours, son palais fût ouvert à tous les seigneurs de son vaste empire qui venaient le complimenter sur son avènement au trône et que pendant ce temps ils y fussent magnifiquement traités à mesure qu’ils arrivaient.]
5 Et lorsque les jours de ce festin s’achevaient, le roi invita tout le peuple qui se trouva dans Suse, depuis le plus grand jusqu’au plus petit ; et il ordonna qu’on préparât un festin pendant sept jours dans le vestibule de son jardin, et d’un parc qui avait été planté de la main des rois, avec une magnificence royale.
[1.5 Remarquons bien que le texte ne dit pas que tous les habitants de Suse se trouvèrent en même temps réunis dans le vestibule du jardin. On peut donc légitimement supposer que le peuple fut distribué en sept bandes différentes dont chacune avait son jour, pour éviter la confusion, et qu’on partagea ensuite les convives de chaque bande en plusieurs repas, dans le même jour.]
6 On avait tendu de tous côtés des tapisseries de fin lin, de couleur (de) bleu céleste et d’hyacinthe, qui étaient soutenues par des cordons de lin et de pourpre, passés dans des anneaux d’ivoire, et attachés à des colonnes de marbre. Des lits d’or et d’argent étaient rangés en ordre sur un pavé de porphyre (d’émeraude) et de marbre blanc (de Paros), qui était embelli de plusieurs figures avec une admirable variété.
[1.6 Un pavé d’émeraude et de marbre de Paros en mosaïque. De Paros est un mot ajouté par la Vulgate.]
7 Ceux qui avaient été invités buvaient dans des coupes d’or, et les mets étaient servis dans des vases (plats) de différentes formes. On y présentait aussi d’excellents vins, et en grande abondance, comme il convenait à la magnificence royale.
8 Nul ne contraignait à boire ceux qui ne le voulaient pas, mais le roi avait ordonné que l’un des grands de sa cour présidât à chaque table, afin que chacun prît ce qu’il lui plairait (voudrait).
[1.8 Que chacun prît ce qu’il voudrait. Assuérus voulut bien en cette circonstance déroger à la coutume des Perses en vertu de laquelle les convives devaient boire autant que le roi du festin l’ordonnait.]
9 La reine Vasthi fit aussi un festin aux femmes dans le palais que le roi Assuérus avait coutume d’habiter.
[1.9 Vasthi. Voir l’Introduction.]
10 (Ainsi) Le septième jour, lorsque le roi était plus gai qu’à l’ordinaire, et dans la chaleur du vin qu’il avait bu avec excès, il commanda à Maümam, Bazatha, Harbona, Bagatha, Abgatha, Zéthar et Charchas, les sept eunuques qui servaient en sa présence
11 de faire venir devant le roi la reine Vasthi, avec le diadème sur sa tête, pour montrer sa beauté à tous ses peuples et aux princes, car elle était extrêmement (très) belle.
12 Mais elle refusa, et dédaigna de venir selon le commandement que le roi lui en avait fait par ses eunuques. Alors le roi, irrité et tout transporté de fureur,
[1.12 Vasthi refusa ; fondée sur la loi qui ne permettait pas aux femmes en dignité de se montrer dans les festins.]
13 consulta les sages qui étaient toujours auprès de lui, selon la coutume royale, et par le conseil desquels il faisait toutes choses, parce qu’ils savaient les lois et les ordonnances anciennes.
14 (Or) Les premiers et les plus proches du roi étaient Charséna, Séthar, Admatha, Tharsis, Marés, Marsana et Mamuchan, (les) sept princes (chefs) des Perses et des Mèdes, qui voyaient la face du roi, et qui avaient coutume de s’asseoir les premiers après lui.
[1.14 Qui voyaient, etc. ; qui avaient l’honneur de voir le roi, ou qui étaient toujours près de lui. Comparer à 1 Esdras, 7, 14.]
15 Il leur demanda quelle peine méritait la reine Vasthi, qui n’avait pas obéi à l’ordre que le roi lui avait transmis par ses eunuques.
[1.15 Quelle sentence, etc., est le complément direct de : Il demanda, qui se trouve au verset 13.]
16 Et Mamuchan répondit en présence du roi et des princes : La reine Vasthi n’a pas seulement offensé le roi, mais encore tous les peuples, et tous les princes (grands) qui sont dans toutes les provinces du roi Assuérus.
17 Car cette conduite (parole) de la reine sera connue de toutes les femmes, qui mépriseront leurs maris, en disant : Le roi Assuérus a commandé à la reine Vasthi de se présenter devant lui, et elle s’y est refusée.
18 Et à son imitation les femmes de tous les princes des Perses et des Mèdes mépriseront les ordres de leurs maris. Ainsi la colère du roi est juste.
19 Si donc vous l’agréez, qu’il se fasse un édit par votre ordre, et qu’il soit écrit, selon la loi des Perses et des Mèdes, qu’il n’est pas permis de violer, que la reine Vasthi ne paraîtra plus devant le roi ; mais qu’une autre, qui en sera plus digne qu’elle, recevra sa dignité de reine.
[1.19 De vous ; littéralement et par hébraïsme de votre face.]
20 Et que cet édit soit publié dans toute l’étendue des provinces de votre empire, afin que toutes les femmes, tant des grands que des petits, rendent honneur à leurs maris.
[1.20 Toutes les provinces de votre empire ; littéralement et par hypallage, tout l’empire de vos provinces.]
21 Ce conseil plut au roi et aux princes ; et le roi se conforma à l’avis de Mamuchan.
22 Et il envoya des lettres à toutes les provinces de son royaume en diverses langues et écritures, selon que les divers peuples pouvaient les comprendre et les lire, ordonnant que les maris fussent les maîtres et les chefs dans leurs maisons, et que cet édit fût publié parmi tous les peuples.

Afficher un passage

Veuillez saisir un passage.

Chercher dans la Bible

Partager


Cette Bible est dans le domaine public.