Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Pharaon
Dictionnaire Biblique Westphal
Bost Calmet

Nom donné dans la Bible aux souverains d’Égypte. Il nous vient, à travers le grec Pharaô et l’hébreu par'ôh, de l’égyptien per'ho signifiant  « grande maison ». Ce terme, qui se trouve déjà dans les inscriptions hiéroglyphiques de la IVe dynastie pour désigner le pouvoir royal (cf. « Sublime Porte » pour le gouvernement turc), devint par la suite un titre honorifique donné aux rois d’Égypte jusqu’à l’époque perse. Dans le langage populaire et dans les contes, si le nom du roi était inconnu ou n’avait guère d’importance, on disait simplement le pharaon ou Pharaon. C’est cet usage qui est suivi généralement dans les récits bibliques. Exemples :

  1. Le pharaon qui enleva la femme d’Abraham (Genèse 12.10-20) et qu’il est inutile de chercher à identifier.
  2. Le pharaon de l’histoire de Joseph (Genèse 39 à 50).
  3. Le pharaon « qui n’avait pas connu Joseph » et opprima les enfants d’Israël (Exode 1 et 2). On l’identifie ordinairement avec Ramsès II (1300-1234 avant Jésus-Christ), le grand constructeur.
  4. Le pharaon de l’Exode (Exode 5-14), volontiers identifié avec Mernephta, le successeur de Ramsès II (1233-1224 avant Jésus-Christ), mais sans preuve décisive jusqu’ici. Sur une stèle où Mernephta célèbre ses victoires figure pour la première fois dans un texte égyptien le nom d’Israël, mais comme celui d’un peuple qu’il a battu : « Israïlou est dévasté, il n’a plus de semence » (voir Exode).
  5. Le pharaon qui donna sa fille en mariage au roi Salomon (1 Rois 3.1), avec la ville de Guézer comme dot (1 Rois 9.16). L’égyptologue Maspéro l’identifie avec Psioukhanou II (ou Psousennès), dernier roi taïnite de la XXIe dynastie (Histoire ancienne des peuples de l'Orient classique, pages 391, 416). Le même pharaon avait accueilli et marié à sa belle-sœur le fils du roi d’Édom, qui fut un adversaire de Salomon (1 Rois 11.14 ; 1 Rois 11.22).

Pour les rois dont les noms propres étaient connus, ces noms sont précédés du titre de Pharaon, comme dans les textes égyptiens officiels. Exemples :

  1. « Pharaon Néco, roi d’Égypte » (2 Rois 23.29-35 ; 2 Chroniques 35.20-36.4), le célèbre conquérant Néchao II qui battit et tua le roi Josias à Méguiddo (608 avant Jésus-Christ) et fut lui-même vaincu à Carkémis par Nébucadnetsar, le roi de Babylone (Jérémie 46.2).
  2. « Pharaon Hophra, roi d’Égypte » (Jérémie 44.30), l’Apriès des textes égyptiens, qui succéda à Psammétique II et régna de 589 à 564. Il vint au secours de Sédécias, le dernier roi de Juda, assiégé par Nébucadnetsar, mais se retira sans avoir osé livrer bataille (Jérémie 37.4 ; Jérémie 37.7 ; Jérémie 37.11). Jérémie prophétisa sa mort violente : il mourut en effet assassiné. D’autres rois égyptiens sont nommés sans le titre de pharaon : Sisak (1 Rois 11.40 ; 1 Rois 14.25 et suivant) ou Sheshonq Ier, qui pilla Jérusalem du temps de Roboam ; et So (2 Rois 17.4) ou Shabaka, dont le roi de Samarie, Osée, avait sollicité l’alliance.

Dans le langage prophétique et poétique, Pharaon est souvent le nom personnifiant l’Égypte (Ésaïe 19.11 ; Ézéchiel 29.2 ; Ézéchiel 30.21 ; Ézéchiel 30.25 ; Ézéchiel 31.2 ; Ézéchiel 31.18 ; Ézéchiel 32.2 ; Ézéchiel 32.31 ; Psaumes 135.9 ; Cantique 1.9 etc.).


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.