Soutenez l'application Bible.audio

 


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Obscur
Dictionnaire encyclopédique de la Bible de Augustin Calmet

Obscurcir. Nous avons déjà parlé de l’obscurité, en tant qu’elle signifie l’adversité, sous les noms de nuit et de ténèbres. Un visage obscur est opposé à un visage serein et ouvert. Jésus-Christ reproche aux pharisiens qu’ils ont le visage sombre (Matthieu 6) et triste pendant qu’ils jeûnent ; et dans Nahum (Nahum 2.10), en parlant de la ruine de Ninive : Leurs visages sont comme le noir d’une chaudière ; l’Hébreu : Comme s’ils s’étaient mis de la suie sur le visage. Quelques voyageurs assurent que quelquefois, dans le deuil, les Orientaux se noircissent le visage, en le frottant du noir d’un chaudron. Joël fait allusion à cette coutume (Joël 2.6) : Omnes vultus redigentur in ollam. Et Isaïe (Isaïe 13.8) : Facies combastoe vultus eorum. Et Ézéchiel (Ézéchiel 20.47) : Comburetur ou nigrescet omnis facies ab Austro usque ad Aquilonem.

Les livres obscurs marquent le tombeau (Psaumes 142.3). Dans un autre psaume (Psaumes 73.21) on lit : Repleti sunt qui obscurati sunt terroe domibus iniquitatum ; ce que quelques-uns entendent des lieux obscurs, des prisons, où les tyrans retiennent souvent les faibles et les malheureux. D’autres traduisent : Parce que les obscurs de la terre, les pauvres Israélites, sont réduits en captivité dans les maisons des Babyloniens. Salomon parle des obscurs, des pauvres opposés aux grands et aux riches (Proverbes 22.23). L’Hébreu : Coran : obscuris.

Dans les grandes calamités on dit que le soleil eobscurcit, et que la lune se couvre de ténèbres (Matthieu 24.24 Luc 23.45). Nahum (Nahum 3.19) dit : Votre blessure n’est point cachée ; l’Hébreu : Elle n’est point reprise ; ni bandée, ni serrée. Jérémie parlant des portes de Jérusalem (Jérémie 14.2), selon l’Hébreu. Elles sont languissantes et couvertes de deuil sur la terre. Les portes sont mises pour la ville.

L’obscurité du cœur et de l’esprit, dans saint Paul (Romains 1.21 Éphésiens 4.18), marque l’ignorance volontaire et l’endurcissement des Juifs.