Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Pléiades
Dictionnaire Biblique Westphal
Calmet

La plupart des traductions anciennes et modernes sont d’accord pour reconnaître dans l’hébreu kimâh (racine koum = entasser) la constellation des Pléiades, remarquable comme groupement brillant d’étoiles en apparence toutes rapprochées, ce qui lui aura valu son nom sémitique : le tas. Son nom gréco-romain de Pléiades, qu’on le rattache au verbe plein (signifiant : naviguer) parce que cette constellation était visible en Méditerranée pendant l’époque de la navigation, ou à la racine de pleiôn qui exprime la pluralité, les associe en tout cas au mythe des sept filles d’Atlas appelées du même nom ; et en effet, l’antiquité parle de sept Pléiades dans cette constellation, six principales et une beaucoup plus petite. Son nom populaire : la Poussinière, se trouvait dans nos vieilles versions, et jusqu’à celle de Martin (comparez Bible de Luther : die Glucke, la Couveuse).

L’astronomie moderne y a peu à peu découvert des dizaines d’étoiles et aujourd’hui des centaines (plus de 600). Le lever des Pléiades, au moment du coucher du soleil, annonce l’automne ; les Grecs et les Romains leur attribuaient les changements du temps et la pluie ; d’après Josèphe les habitants de Jérusalem assiégés sous Antiochus Épiphane (170 avant Jésus-Christ) auraient obtenu par leurs prières une forte averse au coucher des Pléiades. Les trois passages de l’Ancien Testament qui mentionnent cette constellation (Amos 5.8 ; Job 9.9 ; Job 38.31) citent en même temps celle d’Orion (voir article à ce mot, où sont réunies les explications qui leur sont communes). Pour l’interprétation qui suppose une allusion aux Pléiades dans 2 Rois 17.30, voir Succoth-Bénoth, 4.

Jean Laroche


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.