Soutenez bible.audio


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Suse
Dictionnaire encyclopédique de la Bible de Augustin Calmet
Westphal Bost

Suse ou Susan, ville capitale de la Susiane ou du pays d’Élam, c’est-à-dire, de la Perse (Daniel 8.2). Daniel lui donne toujours le nom de château, le château de Suse, parce que les rois de Chaldée y avaient un palais. Depuis Cyrus, les rois de Perse prirent la coutume d’y passer l’hiver, et de passer l’été à Ecbatane. L’hiver était fort modéré à Suse ; mais les chaleurs de l’été y étaient si grandes, que les lézards et les serpents qui y étaient surpris dans les rues pendant l’été, étaient saisis et comme brûlés par l’ardeur du soleil. Le nom de Suse vient de l’hébreu Susan, qui signifie un lis. Cette ville est située sur le fleuve Eulée. C’est dans cette ville, et sur ce fleuve, que Daniel eut la vision du bélier à deux cornes et du bouc qui n’en avait qu’une, etc., la troisième année du règne de Balthasar (Daniel 8.1-3).

C’est aussi dans la ville de Suse ou Susan qu’arriva l’histoire d’Esther. C’est là que régnait et que demeurait ordinairement Assuérus ou Darius, fils d’Hystaspe (Esther 1.2-5). Pline dit qu’il rebâtit Suse, c’est-à-dire qu’il l’augmenta et l’embellit, I. 6 chapitre27. Néhémie était aussi à Susan (Néhémie 1.1) lorsqu’il obtint du roi Artaxerxès la permission de retourner en Judée et de réparer les murs de Jérusalem. Benjamin de Tudèle et À bulfarage mettent le tombeau de Daniel à Chuzestan, qui est l’ancienne ville de Suse, capitale du pays.

Cette ville porte aujourd’hui, parmi les Perses, le nom de Tousther ou Schousther ; elle est la capitale du Khusistan. Le roi Sapor y fit construire une digue d’une prodigieuse hauteur pour faire remonterla rivière de Choaspe. Le Tarik-Montékeb dit qu’on y voyait encore de son temps le tombeau du prophète Daniel. Quelques historiens de Perse attribuent la fondation de cette ville à Huschenk, fils de Siameen, second prince de la première dynastie de Perse [On voyait à Suse, dit Barbié du Bocage, toute sorte d’édifices, des palais, des cours, des jardins d’une étendue immense ; mais le temps en a détruit jusqu’aux dernières traces ; en serte qu’il a laissé même de l’incertitude sur le véritable emplacement de cette ville, que l’on a pensé retrouver dans la ville moderne de Schuster, arrosée par le Karun, mais que d’autres (Rennel, ap. Kinneir’s Mem., page 101) portent à vingt lieues plus à l’est que cette position, au lieu appelé Schuch, dans le voisinage du fleuve Kérah. Suse était située sur le bord de l’Euloeus, appelé Ulai par l’Écriture. Les Cissiens étaient au nombre des principaux habitants de la province qui aujourd’hui porte le nom de Khosistan (Voyez Ceus), mais qui, bien changée de ce qu’elle était autrefois, ne présente plus que l’apparence d’un désert. Il paraît que Suse était la demeure d’un grand nombre d’anciens captifs juifs].

Lightfoot dit que la porte extérieure du mur oriental du temple fut nommée la porte de Suse, et qu’on grava sur cette porte la figure de la ville de Suse, en reconnaissance de l’édit daté de Suse, et accordé par Darius, fils d’Hystaspe, qui permit le rétablissement du temple.