Soutenez bible.audio


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Coudée
Dictionnaire encyclopédique de la Bible de Augustin Calmet
Westphal Bost

Cubitus, sorte de mesure usitée chez tous les anciens. Les Hébreux la nomment amma ; comme qui dirait la mère des autres mesures. La coudée, originairement, n’était autre que la distance depuis le coude replié jusqu’à l’extrémité du doigt du milieu de la main. Cette mesure est la quatrième partie de la taille d’un homme bien proportionné. La coudée ordinaire est de dix-huit pouces. La coudée hébraïque, selon la supputation de Al. Cumberland et de M. Pelletier de Rouen, que nous avons suivie, est de vingt pouces et demi, mesure de Paris. Plusieurs autres la fixent à dix-huit pouces juste. [La valeur de la coudée hébraïque, en décimales, est de 0m 555. Les talmudistes remarquent que la coudée hébraïque était plus grande d’un quart que la romaine. Origène a cru que la coudée dont se servit Noé, dans la construction de l’arche, était de six coudées ordinaires. Saint Augustin a suivi le sentiment d’Origène, et traite de ridicules les objections que quelques-uns faisaient contre l’énorme grandeur qu’aurait eue l’arche, en suivant ces dimensions.

Louis Capelle et plusieurs autres ont prétendu qu’il y avait, chez les Hébreux, deux sortes de coudées : l’une sacrée, et l’autre commune ; la première, de trois pieds de roi ; et la seconde, d’un pied et demi. Voici les preuves dont on appuie ce sentiment : Moïse (Nombres 35.4), assigne aux lévites mille coudées (sacrées) autour de la ville de leur demeure ; et au verset suivant, il leur en donne deux mille (de communes). De même (1 Rois 7.15), on donne dix-huit coudées aux deux colonnes de bronze qui étaient dans le temple de Salomon ; et au second livre des Paralipomènes (2 Chroniques 3.15), on les fait de trente-cinq coudées : ce qui ne peut se concilier qu’en distinguant deux sortes de coudées, dont les unes sont le double des autres.

Villalpand et plusieurs écrivains après lui ne donnent à la coudée sacrée qu’une palme par-dessus la coudée ordinaire. Il prétend que Moïse a parlé de la coudée commune, lorsqu’il a dit (Deutéronome 3.11), qu’elle était de la grandeur ou de la mesure du bras replié de l’homme : Ad mensuram cubiti virilis manus ; et que la coudée sacrée avait une palme par-dessus cette autre coudée commune, comme il est assez bien marqué dans Ézéchiel (Ézéchiel 40.9-13).

Nonobstant ces raisons, nous sommes persuadés que parmi les Hébreux, depuis leur sortie de l’Égypte jusqu’à la captivité de Babylone, il n’y eut qu’une sorte de coudée, qui est la même que la coudée d’Égypte, dont on a pris depuis quelques années la mesure sur les anciens étalons du Grand Caire ; et que ce n’est que depuis le retour de la captivité, que l’Écriture a marqué deux sortes de mesures, pour distinguer l’ancienne coudée hébraïque de celle de Babylone, à laquelle les captifs s’étaient accoutumés pendant leur séjour au delà de l’Euphrate. C’est sur cela qu’est fondée la précaution que prend Ezéchia de remarquer que la coudée dont il parle est la vraie et l’ancienne coudée, plus grande d’une palme que la coudée ordinaire. À l’égard des autres passages, il est aisé d’y satisfaire, sans recourir à cette coudée sacrée que l’on prétend avoir été double de l’ordinaire. Voyez les Commentateurs.

Coupe