Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Unique
Dictionnaire Biblique Westphal

Les fils ou filles uniques étaient rares en Israël ; (cf. Genèse 22.2 ; Juges 11.34 ; Jérémie 6.26 ; Zacharie 12.10 ; Proverbes 4.3 ; Tobit 3.15) l’idéal y était la famille nombreuse (voir Enfant).

Le terme grec du Nouveau Testament monogénès (de monos = un seul, et génos = race), qui n’est appliqué à des fils ou filles uniques que par Luc (Luc 7.12 ; Luc 8.42 ; Luc 9.38), et une fois par l’épître aux Hébreux à propos d’Isaac (Hébreux 11.17), désigne toujours dans les écrits johanniques le Fils unique de Dieu (Jean 1.14 ; Jean 1.18 ; Jean 3.16 ; Jean 3.18 ; 1 Jean 4.9).

Les premiers auteurs chrétiens latins traduisirent simplement par unicus ; plus tard, à la suite des grandes discussions de doctrine sur la nature du Fils et celle du Père, notamment au IIIe siècle avec l’arianisme, on se mit à traduire monogénès par le latin unigenitus (de unus = un seul, et genitus = engendré), qui, sous couleur de se calquer sur l’adjectif grec correspondant, insistait plus que lui sur la notion d’engendrement. C’est lui que nous trouvons dans la Vulgate aux cinq passages johanniques précités, alors que l’épithète ordinaire unicus y est presque toujours conservée pour les fils ou filles uniques ordinaires.

Employé au XVIIIe siècle comme premier mot d’une bulle papale, l’adjectif de la Vulgate devint ainsi le titre de la fameuse bulle ou constitution Unigenitus, de Clément XII, qui condamna le jansénisme (1713).


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.