Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Torrent
Dictionnaire Biblique Westphal
Calmet

On désigne de ce nom un cours d’eau impétueux et rapide, pour le distinguer d’une rivière ou d’un ruisseau. La vitesse des eaux d’un torrent est due à ce qu’il dévale des pentes très fortes ; le plus souvent c’est un cours d’eau temporaire qui s’assèche l’été et ne coule qu’à la saison des pluies. Le lit du torrent est mal défini et varie avec les chutes d’eau qu’il doit canaliser. Dans les régions montagneuses comme la Palestine, les torrents sont très nombreux, grossissent beaucoup par les pluies et sont à sec l’été. Le Jourdain lui-même a un cours quelque peu torrentiel, bien qu’il ait toujours de l’eau.

Des montagnes de Judée descendent vers la mer Méditerranée le Bésor (1 Samuel 30.9 et suivant), le Kana (Josué 17.9), et du mont Guilboa le Kison (Juges 4.7 ; Juges 5.21 ; 1 Rois 18.40), enfin le Kérith où l’Éternel cacha Élie (1 Rois 17.3) ; le Cédron, coulant jadis entre Jérusalem et le mont des Oliviers, se dirigeait ensuite vers la mer Morte (2 Samuel 15.23 ; 1 Rois 2.37 ; 1 Rois 15.13 ; 2 Rois 23.6 ; 2 Rois 23.12 ; 2 Chroniques 15.16 ; 2 Chroniques 29.16).

De la chaîne montagneuse est descendent vers le Jourdain ou la mer Morte : le Jabbok (Genèse 32.22 ; Nombres 21.24 ; Deutéronome 3.16 ; Josué 12.2), l’Arnon (Nombres 21.14 ; Nombres 22.36 ; Juges 11.18 ; 2 Rois 10.33 ; Ésaïe 16.2 ; Jérémie 48.20) et le Zéred (Deutéronome 2.13 ; Nombres 21.12). Pour le « torrent d’Égypte » (Nombres 34.5 ; Josué 15.4 ; Ézéchiel 47.19 ; Ézéchiel 48.28 etc.), qu’il ne faut pas confondre avec le « fleuve d’Égypte », c’est-à-dire le Nil, voir Égypte (torrent d’), Fleuve.

Le mot hébreu qui désigne le torrent s’applique en même temps à sa vallée. On jette les choses malsaines au torrent, qui emporte tout (Deutéronome 9.21 ; 2 Samuel 17.13 ; 2 Rois 23.12 ; 2 Chroniques 29.16). Le torrent symbolise la rapide avance de l’ennemi (Jérémie 46.7 ; Jérémie 47.2 ; Ésaïe 8.7 ; Ésaïe 59.19), la perfidie (Job 6.15), l’inconstance (Job 22.16), l’abondance et la puissance (Psaumes 119.136 ; Proverbes 18.4 ; Ésaïe 30.28 ; Lamentations 3.48 ; Daniel 11.22, Amos 5.24 ; Michée 6.7 ; Matthieu 7.25).


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.