Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Soupir
Dictionnaire Biblique Westphal

Expression d’une souffrance par une respiration involontaire. Les soupirs des croyants de l’Ancien Testament sont provoqués par des douleurs diverses, physiques ou morales (Job 3.24 ; Job 7.2 ; Job 23.2 ; Psaumes 31.11 ; Psaumes 38.10 ; Ésaïe 24.7 ; Ézéchiel 9.4 ; Ézéchiel 24.17 ; Siracide 25.18 ; Sagesse 5.3, etc.). Deux fois il est dit que Jésus soupira : dans la sympathie et la prière en faveur d’un sourd-muet (Marc 7.34), et dans la prévision du signe que les pharisiens réclament et qui n’est que trop menaçant (Marc 8.12) ; ces deux mentions ne sont conservées que dans cet Évangile, où l’humanité du Seigneur est le plus apparente (voir Marc [Évangile de]).

Soupirer après un bien, est une aspiration, la vive expression d’un besoin profond. Tels les soupirs des psalmistes après Dieu (Psaumes 42.2 ; Psaumes 119.131 ; Psaumes 119.174), et ceux de la nature, des fidèles et de l’Esprit, dont parle saint Paul dans Romains 8.18-30 : la création, comparée à une mère en train d’enfanter, gémit dans le besoin de délivrance et de satisfaction de tout être vivant ; (Romains 8.21 et suivant) les enfants de Dieu gémissent dans leur attente d’un corps racheté ; (Romains 8.23) le Saint-Esprit lui-même supplée à l’insuffisance de leurs prières exprimées, en des aspirations inexprimables pour l’homme ; (Romains 8.26) en réponse au soupir universel de ses créatures, Dieu prépare leur glorification finale.


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.