Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Sélah
Dictionnaire Biblique Westphal
Bost Calmet

Ce mot hébreu se trouve 74 fois dans l’Ancien Testament, toujours dans les Psaumes, sauf 3 fois dans le cantique de Habakuk 3. Il a longtemps embarrassé les savants, et nos anciennes versions (Ostervald, Martin) se bornaient à le reproduire sans le traduire.

Autrefois, on y voyait ordinairement une forme impérative d’un verbe signifiant : arrêter ; interprété de la manière suivante : Cessez de faire entendre vos instruments, il pourrait être rendu par : pause (Segond). Sens admissible entre deux strophes au cours d’un psaume, mais non pas à la fin, car tous les psaumes devraient alors se terminer ainsi, comme les prières par le mot : Amen.

On préfère aujourd’hui dériver sélah d’un verbe signifiant : élever, et dont l’impératif voudrait dire : Élevez la voix, ou : Faites résonner plus fort vos instruments. Les LXX traduisent par : diapsalma = intermède musical, jeu d’instruments ; les Targums, par : le-ôlam = d’éternité en éternité. En effet, comme le montre le professeur C.A. Briggs (ICC, Psalms), Sélah marquait le moment où, la récitation du psaume étant interrompue, les instruments accompagnaient en rinfor-zando le chant d’une doxologie, comme celle qui clôt le livre 1er des Psaumes : (Psaumes 41.13) « Béni soit l’Éternel, le Dieu d’Israël, d’éternité en éternité ! » Ainsi se concilient les deux interprétations anciennes. Peut-être même, après la doxologie introduite par Sélah, supprimait-on la fin du psaume. Voir Psaumes.


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.