Soutenez bible.audio


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Ricin
Dictionnaire Biblique Westphal
Calmet

Il s’agit de la plante qui apparaît uniquement dans l’histoire de Jonas (voir ce mot), nommée en hébreu qîqâyôn (Jonas 4.6 ; Jonas 4.7 ; Jonas 4.9 ; Jonas 4.10) et dans laquelle la plupart des versions modernes voient le ricin. Autrefois les LXX avaient traduit par coloquinte (kolokuntha), saint Augustin par courge (cucurbita), la Vulgate par lierre (hedera). Les versions juives se bornent à transcrire le mot en lettres modernes, comme nos anciennes traductions (Mart., Ostervald) : kikajon. Luther, Calvin et la version anglaise traduisent comme Augustin : courge.

L’identification avec le ricin est plausible, mais nullement certaine ; elle s’appuie sur l’analogie de l’assyrien koukkânîtum = plante de jardin, et surtout de l’égyptien kiki comme du mot du Talmud : huile de qîq, désignant le ricin. Celui-ci est de la famille des Euphorbiacées, genre ricinus, espèce unique ricinus communis, originaire d’Afrique. C’est une plante herbacée, annuelle dans les pays tempérés, arborescente dans les pays chauds, répandue aujourd’hui dans tous les pays du globe. Les feuilles sont amples, peltées (c’est-à-dire élargies en bouclier et attachées par leur centre), palmatilobées et dentées avec au moins 7 lobes. Les fleurs sont monoïques, sans pétales, disposées en panicule terminale composée de grappes, les fleurs supérieures mâles, les inférieures femelles. Le fruit est une capsule lisse ou hérissée de pointes, s’ouvrant en 3 capsules bivalves renfermant chacune une graine dont l’albumen est riche en aleurone et en huile. On en connaît l’utilisation actuelle comme remède et aussi comme huile industrielle.

Certains auteurs conservent la préférence à la traduction de saint Augustin. Ils observent que la croissance et la flétrissure rapides de la plante dans l’histoire de Jonas correspondent beaucoup moins aux caractères du ricin qu’à ceux de la courge. Celle-ci est de la famille des Cucurbitacées, genre cucurbita, espèce cucurbita pepo. (giraumon, citrouille iroquoise, courge de saint-Jean). C’est l’espèce la plus variable de toutes celles du genre. Les tiges sont tantôt allongées, sarmenteuses et grimpantes, garnies de vrilles, tantôt courtes et presque dressées, sans vrilles. Les feuilles présentent des lobes prononcés. Fleurs grandes, jaunes ; calice en coupe à divisions en alène ; corolle campanulée à 5 divisions ; 3 étamines, 3 stigmates. Fruit cylindrique, ovoïde ou en cône allongé, avec côtes plus ou moins saillantes. On a aussi pensé à l’espèce voisine : cucurbita lagenaria ou lagenaria vulgaris (calebasse, gourde).

Ch.-Ed. M.


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.