Soutenez bible.audio


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Rejeton
Dictionnaire Biblique Westphal

Les traducteurs se servent de ce mot pour rendre diverses expressions hébraïques qui sont parfois traduites aussi par : racine (voir ce mot), germe, semence, plant, rameau, postérité (voir ce mot). Au sens propre, c’est le nouveau jet que pousse une plante par sa racine (Job 14.7 ; Job 14.9). Au sens figuré, c’est la descendance de l’homme (Genèse 49.22 ; Job 15.30 ; Ésaïe 14.30), en particulier celle d’une maison royale (Daniel 11.7). Ce terme est très important dans son sens messianique : il désigne l’Israël de l’avenir (Ésaïe 6.13 ; Ésaïe 37.32 ; Ésaïe 44.3 ; Ésaïe 60.21), et surtout le Messie lui-même. Ce dernier apparaît déjà, par exemple, dans le vieux texte de 2 Samuel 23.5. Ésaïe (Ésaïe 11.1), comparant la maison de David à un arbre brisé, annonce que de sa racine (Isaï) sortira le rejeton auquel l’avenir appartient (le terme hébreu nètsèr employé ici explique sans doute le mot « Nazaréen » dans Matthieu 2.23). Ce rejeton s’élèvera si haut qu’il sera vu de tous et servira de bannière aux nations (Ésaïe 11.10).

Le serviteur de l’Éternel est aussi comparé à un rejeton, dans Ésaïe 53.2 (cf. Ésaïe 61.11) Ézéchiel déclare que Sédécias, le roi infidèle, sera remplacé dans l’avenir par un rejeton de sa race, le Messie (Ézéchiel 17.22 ; Ézéchiel 17.24). Jérémie appelle le roi messianique « le germe » (Jérémie 23.5 ; Jérémie 33.15 cf. Ésaïe 4.2). Ce terme, en hébreu tsemakh, est repris par Zacharie comme une sorte de nom propre pour désigner le Messie (Zacharie 3.8 ; Zacharie 6.12). Dans le Nouveau Testament, Romains 15.12 parle du rejeton de Jessé (signifiant : Isaï) en citant Ésaïe 11.1 ; Ésaïe 11.10, et l’Apocalypse (Apocalypse 5.5 ; Apocalypse 22.16) donne au Messie le titre de « rejeton de David ». V B.


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.