Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Nazaréen
Dictionnaire Biblique Westphal
Calmet

(grec Nazarènos dans Marc et Luc 4.34 ; Nazôratos dans Matthieu, Jean, Actes). Né à Nazareth (voir ce mot), originaire ou habitant de cette ville. Jésus fut appelé « Nazaréen » (Matthieu 26.71), ou, comme nos versions traduisent habituellement, « Jésus de Nazareth » (Marc 1.24 ; Jean 1.45 etc.), parce que, sans que Nazareth fût réellement sa patrie, c’est là pourtant qu’il vécut avec sa famille jusqu’au début de son ministère (Matthieu 2.22 et suivant, Marc 1.9, etc.).

Aux yeux des Juifs, les chrétiens formèrent sans doute, tout d’abord, la « secte des Nazaréens » (Actes 24.5), c’est-à-dire des disciples du Nazaréen. Toutefois la portée de ce qualificatif attribué à Jésus dans Matthieu 2.23 et donné pour une prophétie est fort incertaine, malgré les multiples conjectures des auteurs anciens et modernes. Par exemple on a rapproché Nazôraîos de l’hébreu nétsèr ( — rejeton) dans Ésaïe 11.1, complété par Jérémie 33.13 et Ésaïe 53.2 (note de la Version Synodale).

Il faut remarquer qu’au temps de Jésus un sens péjoratif semble avoir été attaché aux termes de Nazareth et de Nazaréen (cf. Jean 1.46, et, pour la Galilée dans son ensemble, Jean 7.52) ; comme d’autre part plusieurs passages tenus pour messianiques par les premiers chrétiens (en particulier Ésaïe 52.13-53.12) nous dépeignent un Messie humble et méprisé des hommes, il se peut que dans Matthieu 2.23 l’évangéliste se soit borné à rapprocher ces deux ordres d’idées. Il faut, en tout cas, malgré l’opinion générale des réformateurs et de divers autres auteurs, écarter toute allusion au mot hébreu nâzîr, c’est-à-dire naziréen (voir ce mot) : la personne et l’œuvre du Seigneur ne pouvaient être caractérisées par le genre de vie du naziréen (cf. Nombres 6 ; opposer Matthieu 11.18 et suivant).


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.