Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Médéba
Dictionnaire Biblique Westphal
Bost

Aujourd’hui Mâdaba, à 20 km de la mer Morte, sur la route de Hesbân à Kérac et à 30 km au nord de l’Arnon. Ville de Moab, puis de Sihon, roi des Amoréens, elle fut prise par Israël (Nombres 21.30) et attribuée aux Rubénites (Josué 13.9 ; Josué 13.16), dont les troupeaux étaient au large sur le plateau de Médéba (Nombres 32.1). La région ne connut guère de calme.

Au temps de David, les mercenaires syriens à la solde des Ammonites campèrent devant la ville (1 Chroniques 19.6 et suivant). Plus tard Omri, roi d’Israël (Xe siècle), s’empara « de la terre de Mehedeba » (stèle de Mésa, 1. 8) ; mais quarante ans après, Mésa, roi de Moab, reprenait tout le pays et rebâtissait Médéba (1. 30) ; cf. 2 Rois 3.4 et suivant. En admettant que Jéroboam II l’ait réoccupée, la terre de Moab était à nouveau indépendante un demi-siècle après, et Ésaïe prophétisait les malheurs qui allaient s’abattre sur elle (Ésaïe 15.2).

À l’époque des Macchabées, le pays était aux mains des Nabatéens, et Médéba (Médaba) était le repaire des fils de Jambri, brigands et pillards (1 Macchabées 9.35 ; 1 Macchabées 9.42). Jean Hyrcan assiégea la ville. Pendant l’occupation romaine, Médéba faisait partie de l’Arabie Pétrée.

À l’époque byzantine, elle fut un des centres florissants du christianisme. C’est à cela sans doute que nous devons la magnifique mosaïque géographique, dite « carte de Madaba », trouvée au moment de la construction d’une église grecque orthodoxe sur l’emplacement d’une ancienne basilique du Ve siècle Cette mosaïque est de toute première importance pour les renseignements bibliques et topographiques qu’elle nous a ainsi conservés. Primitivement elle occupait une surface de 15 m sur 6 ; aujourd’hui elle est très endommagée. Elle s’étend de Naplouse aux bouches du Nil. La partie la plus précieuse est, sans nul doute, celle qui nous donne le plan de Jérusalem, avec indication des rues à colonnades, des portes et de quelques-uns des sanctuaires chrétiens (Saint-Sépulcre, Sainte-Sion [cénacle], Sainte-Marie [aujourd’hui Sainte-Anne], Gethsémané). Cette mosaïque date probablement du Ve siècle après Jésus-Christ

A. P.


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.