Soutenez bible.audio


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Aquilas et Priscille
Dictionnaire Biblique Westphal

Collaborateurs de Paul à Corinthe et à Éphèse (1 Corinthiens 16.19 ; Romains 16.3 ; 2 Timothée 4.19 ; Actes 18.2 ; Actes 18.18 ; Actes 18.26). Aquilas était un Juif originaire du Pont ; le nom Akylas ou Akilas n’est que la transcription grec du cognomen latin Aquila (signifiant : aigle). Sa femme est appelée Priska (latin Prisca = fille aînée ?) chez Paul d’après la majorité des manuscrits, et Priskilla (forme diminutive) dans les Actes ; il n’est pas expressément dit qu’elle était juive. Les deux exerçaient, comme Paul, le métier de faiseurs de tentes (skènopoïoï)

Avant de rencontrer l’apôtre à Corinthe, ils avaient habité Rome, d’où ils furent expulsés par un décret de l’empereur Claude qui en chassa tous les Juifs (voir Actes 18.2 et Suétone, Vita Claudii, chapitre 25 : « Judseos impulsore Chresto assidue tumultuantes Roma expulit »). Si la remarque de Suétone repose sur une tradition mal comprise, concernant des discussions messianistes (Chrestus — Christusl) dans la synagogue romaine, elle assurerait l’existence de judéo-chrétiens à Rome à cette époque et par là la possibilité d’une conversion d’Aquilas et de Priscille avant leur venue à Corinthe. Ce fait est d’ailleurs rendu probable par la collaboration matérielle et spirituelle s’établissant entre eux et Paul, immédiatement après l’arrivée à Corinthe de celui-ci qui suivit de près celle d’Aquilas et de Priscille (Actes 18.2 et suivant). Ils accueillirent Paul dans leur maison qui servait aussi de lieu de réunion à une partie au moins de l’Église (1 Corinthiens 16.19).

Comme l’édit de Claude date de l’an 49-50, d’après l’historien Orose (Hist., VII, 6) et que Paul passa environ dix-huit mois à Corinthe (Actes 18.11), le séjour des trois missionnaires dans cette ville doit se placer entre 49 et 52, date confirmée par une inscription de Delphes permettant de fixer à l’an 51-52 le proconsulat de Gallion qui joua un rôle dans les incidents relatés dans Actes 18.12-17 (Voir Chronologie du Nouveau Testament). Lorsque Paul quitta Corinthe pour aller à Jérusalem, Aquilas et Priscille l’accompagnèrent à Éphèse, où ils restèrent. Ils s’y trouvaient encore au moment où Paul envoya de cette ville la 1ère épître aux Corinthiens.

Sont-ils retournés à Rome (Romains 16.3) plus tard ? Le fait que Paul leur adresse des salutations, ainsi qu’aux chrétiens réunis chez eux, le ferait croire. Mais ce renseignement est contredit par 2 Timothée 4.19, qui les suppose toujours à Éphèse. Cette difficulté disparaît si l’on considère, avec B. Weiss, Deiss-mann, Spitta, Moffatt et d’autres, le 16e chapitre de l’épître aux Romains (voir ce mot) comme étant primitivement un billet séparé, envoyé à Éphèse. On peut aussi admettre que les deux amis de Paul ne seraient revenus que passagèrement à Rome.

Quoi qu’il en soit, ils jouèrent dans l’Église un rôle considérable. C’est eux qui convertirent Apollos à l’Évangile paulinien (Actes 18.26). Paul lui-même fait l’éloge de leur travail et de leurs sacrifices (Romains 16.3). La tradition catholique a fait d’Aquilas l’évêque de la ville d’Héraclès (sans doute dans le Pont). Il figure aussi, avec sa femme, dans les martyrologes à la date du 8 juillet.

Harnack (ZNTW, 1900, p. 16-41) attribue à Aquilas et à Priscille l’épître aux Hébreux ; mais cette hypothèse n’a pas eu de succès. Jean H.


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.