Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Incantation
Dictionnaire Biblique Westphal

Dans la religion des Sumériens qui est à l’origine des institutions sacerdotales du monde antique, depuis le golfe Persique jusqu’à l’Asie Mineure et les bords orientaux de la Méditerranée, le clergé se composait du grand-prêtre (généralement le prince) et de trois classes de prêtres :

  1. conjurateurs ;
  2. devins ;
  3. chantres.

1.

Les prêtres conjurateurs avaient pour charge de prononcer les incantations. Les incantations étaient des formules récitées ou chantées, accompagnées la plupart du temps de sacrifices, et qui, lorsqu’elles étaient exprimées en toute exactitude rituelle, avaient le pouvoir de rendre les dieux propices et de chasser les mauvais esprits, et par là, le malheur et les maladies. Il y avait des incantations contre les sorciers et contre tous les maux : le mal de tête, les fièvres, les rhumatismes ; il y en avait aussi pour provoquer les songes, pour évoquer les morts, pour écarter les revenants, etc.

2.

La deuxième classe de prêtres était celle des devins. Leurs fonctions étaient héréditaires. Ils devaient être sans tare physique, revêtus d’un vêtement pur, etc., traits qui se retrouvent dans le clergé lévitique.

3.

La troisième classe était celle des chantres, qui se retrouve également dans le clergé d’Israël. Quand la religion hébraïque opposa le prophétisme à la magie sous toutes ses formes, la loi de Moïse se prononça énergiquement contre les conjurateurs, les devins, les magiciens, etc.

Voir (cf. Deutéronome 18.10-12) Divination, Magie, Sorcellerie.


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.