Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Docteur
Dictionnaire Biblique Westphal

Ce titre a toujours dans la Bible le sens du latin doctor= instructeur, jamais celui de médecin.

Rare dans l’Ancien Testament (Esdras 8.18, sens propre ; Habakuk 2.18, sens figuré), il représente dans le Nouveau Testament les mots grecs : didaskalos, qui est assez souvent aussi traduit » maître », comme équivalent de l’araméen « rabbi » ; nomo-didaskalos et nomikos, toujours traduits « docteurs de la loi » ; une fois pseudodidaskalos = faux-docteur (2 Pierre 2.1) et païdeutês =éducateur (Romains 2.20).

Ces docteurs sont d’abord les instructeurs juifs, ordinairement des scribes, dans les synagogues (Luc 5.17 ; Luc 10.25 ; Luc 14.3) et au Temple (Luc 2.46 ; Matthieu 22.35) ; ce pouvaient être des maîtres éminents, comme Gamaliel (Actes 5.34) et Nicodème (Jean 3.10), qui reçoit de Jésus, dans un léger reproche, le titre qu’il lui avait donné par hommage à son autorité divine (verset 2). Par contre, le plus grand nombre de ces docteurs, par leur hostilité au Christ, sont déchus de leur mission de confiance (Luc 7.30 ; Luc 11.45 ; Luc 11.52).

L’Église chrétienne compte à son tour dès le début des docteurs, instructeurs, à côté des prophètes, prédicateurs (Actes 13.1 ; 1 Corinthiens 12.28 ; Éphésiens 4.11) ; l’apôtre Paul se considère comme tel pour les païens (1 Timothée 2.7 ; 2 Timothée 1.11). Mais ces fonctions d’instructeurs peuvent aussi introduire des erreurs et des abus dans les églises : les apôtres mettent celles-ci en garde contre les mauvais ou les faux docteurs (1 Timothée 1.7 ; 2 Timothée 4.3 ; Jacques 3.1 ; 2 Pierre 2.1). Quant à Zénas, « docteur de la loi » (Tite 3.13), l’emploi de son titre de nomikos dans les écrits du temps autorise à y voir un professionnel de la loi civile, c’est-à-dire un juriste. Voir Éducation, Maître.


Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.