Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Conscience
Dictionnaire Biblique Westphal
Calmet

La signification la plus large de ce mot est : le sentiment que nous avons de notre être. Ici, nous envisageons l’acception particulière du terme telle qu’elle est définie dans l’expression : conscience morale. La conscience est alors le sentiment que nous avons du bien et du mal, c’est-à-dire de notre obéissance ou de notre rébellion à l’égard de la loi de Dieu (Romains 2.14 et suivant). Le Saint-Esprit renseigne la conscience sur son état (Romains 9.1) ; le Christ la purifie (Hébreux 9.14 ; Hébreux 10.22 ; 1 Pierre 3.21). Notre devoir est de servir Dieu avec une conscience pure (2 Corinthiens 1.12 ; 2 Timothée 1.3 ; Hébreux 10.22).

Il est fait mention dans la Bible de trois états caractéristiques de la conscience :

  1. L’état de corruption : La conscience demeure sciemment dans le péché et dédaigne les appels de Dieu (Psaumes 10.4 ; Jean 3.19 ; 1 Timothée 4.2 ; Tite 1.15 ; Tite 3.11 ; Hébreux 6.4 ; Hébreux 6.6).
  2. L’état d’égarement : La conscience faussée pratique le mal en croyant faire le bien (Job 27.5 et suivant, Ésaïe 5.20 ; Jean 5.44 ; Romains 1.21 ; Romains 1.23 ; 1 Corinthiens 8.7 ; 1 Corinthiens 8.12 ; 1 Timothée 4.2).
  3. L’état normal : la bonne conscience. La conscience a le sentiment d’être dans l’ordre et la vérité (Actes 23.1 ; Actes 24.16 ; Romains 9.1 ; Romains 13.5 ; 2 Corinthiens 1.12 ; 1 Timothée 1.5 ; 1 Timothée 1.19 ; 1 Timothée 3.9 ; 2 Timothée 1.3 ; Hébreux 13.18 ; 1 Pierre 3.6) Le chrétien doit pratiquer l’examen de conscience (1 Corinthiens 11.28 ; 2 Corinthiens 13.5 ; Galates 6.4).

Dictionnaire Encyclopédique de la Bible par Alexandre WESTPHAL, Pasteur, Docteur en Théologie, et professeur honoraire de l'Université de Toulouse (Faculté de Théologie protestante de Montauban).
Edition originale publiée en 1932 par les Editions et Imprimeries « Je Sers », Issy-les-Moulineaux. Imprimeries Réunies Ducros et Lombard, Aberlen et Cie. Valence sur Rhone.
Numérisation Yves PETRAKIAN – 2005 France.