Je fais un don


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


ABLUTIONS
Dictionnaire Biblique Lelièvre
Bost

Des ablutions rituelles, partielles ou totales, étaient prescrites par la Loi, à titre de purification, aux Israélites ayant contracté des « souillures » d’une certaine espèce. Ces ablutions n’avaient pas pour but d’écarter les malpropretés attachées au corps. Assurément, on se lavait aussi pour être propre ; mais on croyait à des souillures d’une autre nature, moins matérielles, qu’on pensait pouvoir combattre par le même procédé. Le contact d’un cadavre, d’une bête jugée impure, et aussi d’un objet sacré, était censé imprégner le corps et surtout les vêtements de quelque influence persistante et néfaste, nous dirions aujourd’hui de quelque espèce de fluide, impur ou sacré, mais également redoutable pour l’homme. Dans les deux cas, on avait affaire à une souillure et on devait se purifier par des ablutions (Le 17.15 ; 15.5 et 13 ; 22.6 ; Nombres 19.9 ; Deutéronome 23.11, etc. Voir Sainteté). En Israël, du temps de Jésus, les pharisiens et leurs adeptes se lavaient les mains « jusqu’au poignet » (Marc 7.3-9) et quelquefois tout le corps avant les repas, non pas pour qu’aucune impureté ne se mélangeât à leurs aliments, mais pour se remettre en état de justice légale, pour redevenir rituellement purs. On voit bien, par une parole célèbre d’un docteur de la Loi, nommé Rabbi Aquiba, à quel point tout souci de santé physique était absent de ces pratiques : « J’aimerais mieux, disait-il, mourir de soif que de transgresser les prescriptions sur le lavage des mains... »

C’est contre cette aberration morale que Jésus s’est élevé. Il n’a pas lutté contre des mesures d’hygiène, mais contre toute cette religion qui pensait obtenir une purification spirituelle par (les pratiques extérieures. Il n’a pas recommandé à ses disciples de ne pas se laver les mains avant les repas, mais il leur a appris que cet acte ne rendait pas « meilleurs » ceux qui l’accomplissaient. Les mains peuvent être « propres » sans que le cœur soit « pur ». Et c’est le cœur que Jésus veut purifier. Cela est admirablement exposé par le Maître lui-même dans Mt 15.1-20.

AGAPES  

Lexique de la Bible - Charles Lelièvre, Pasteur protestant
Édité par La Bible jour après jour, 1951.
2, Cloître Saint-Pierre-Empont — Orléans (Loiret)
Numérisation : Yves PETRAKIAN