Soutenez l'application Bible.audio

 


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Arsenal
Dictionnaire encyclopédique de la Bible de Augustin Calmet
Westphal

Les anciens Hébreux avaient chacun leurs propres armes, parce qu’ils allaient tous à la guerre ; ils n’avaient point d’arsenaux ni de magasins d’armes, parce qu’ils n’avaient point de troupes réglées ni de soldats à gages. Ce ne fut que sous les règnes de David et de Salomon qu’on vit des arsenaux dans Israël. David avait fait de grands amas d’armes, et les avait consacrées au Seigneur, dans son tabernacle. Le grand-prêtre Joïada les tira du trésor du temple, pour armer le peuple et les lévites (2 Chroniques 23.9) au jour de l’élévation du jeune roi Joas. Salomon avait amassé de bonnes armes dans son palais, nommé le Bois du Liban (2 Chroniques 10.16), et avait de bons arsenaux dans toutes les villes de Juda, qu’il avait fortifiées (2 Chroniques 11.12). Il imposait quelquefois aux peuples vaincus et tributaires l’obligation de lui forger des armes (1 Rois 10.25). Le roi Ozias ne se contenta pas de fournir ses arsenaux de lances, de casques, de boucliers, de cuirasses, d’épées, d’arcs et de frondes, il y mit aussi des machines propres à former et à soutenir des sièges (2 Chroniques 26.14). Ézéchias eut la même précaution ; il amassa des armes de toutes sortes (2 Chroniques 22.27 ; Isaïe 22.8). Jonathas et Simon Machabée avaient des arsenaux de bonnes armes (1 Machabées 10.21 ; 15.7), tant de celles qu’ils avaient prises sur l’ennemi, que de celles qu’ils avaient achetées ou fait forger [C’était aussi la coutume d’appendre aux tours des armes et des boucliers. L’Épouse du Cantique (Cantique 4.4) parle de la tour de David, où étaient appendus mille boucliers. Ézéchiel (Ézéchiel 27.10) remarque que les Perses, les Lydiens et les Libyens, troupes auxiliaires des Tyriens, appendaient leurs boucliers et leurs casques aux murailles de Tyr pour l’ornement de la ville. Parmi les armes que Salomon avait fait mettre dans son palais de Bois du Liban, et qui étaient toujours prêtes, il y avait, en particulier, deux cents boucliers, nommés tsinnah, et trois cents autres, nommés magen, qui tous étaient couverts d’or (1 Rois 10.16-17 ; 2 Chroniques 9.15). Roboam perdit ces armes magnifiques dans la guerre que lui fit Sésac, roi d’Égypte ; mais, au lieu de lames d’or il en mit de cuivre (1 Rois 14.26-27 2 Chroniques 12.9-10). Il fit en outre des arsenaux et de bons magasins dans toutes les villes de Juda qu’il avait fait fortifier (2 Chroniques 11.12)].