Soutenez l'application Bible.audio

 


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Gaza
Dictionnaire encyclopédique de la Bible de Augustin Calmet
Westphal

Ville des Philistins, attribuée par Josué à la tribu de Juda (Josué 15.45 ; 1 Samuel 6.15). Elle était une des cinq satrapies des Philistins, située vers l’extrémité méridionale de la terre promise. Dans le texte hébreu, elle est nommée Aza ou Basa, par un bain ou ain, que les Septante expriment quelquefois par un G. Étienne le géographe dit que, de son temps, les Syriens l’appelaient encore Aza. Elle est située entre Raphia et Ascalon. La situation avantageuse de Gaza a été cause d’une infinité de révolutions auxquelles elle a été soumise. Elle fut d’abord aux Philistins, puis aux Hébreux. Elle se mit en liberté sous les règnes de Joathan ou d’Achaz. Ézéchias la reconquit (2 Rois 18.8). Elle obéit aux Chaldéens, vainqueurs de la Syrie et de la Phénicie. Ensuite elle tomba sous la puissance des Perses. Ils en étaient les maîtres lorsque Alexandre le Grand l’assiègea, la prit et la ruina. Elle se rétablit, au moins la petite ville de Gaze, située sur la mer, appelée autrement Majunia.

Elle fut ensuite possédée par les rois d’Égypte. Antiochus le Grand la prit et la saccagea. Les Asmonéens ou Machabées la prirent plus d’une fois sur les Syriens (1 Machabées 11.61 ; 13.43). Alexandre Jannée, roi des Juifs, la prit et la désola). Gabinius la rétablit, et on trouve des monnaies frappées en cette ville. Auguste la donna à Hérode le Grand ; mais elle n’obéissait point à Archélaüs, son fils. Saint Luc (Actes 8.26) dit que Gaza était déserte de son temps, mais il veut apparemment parler de la grande ville de Gaze, située sur une montagne à vingt milles de la mer, et non pas de Majume ou de la petite Gaze, qui était très-peuplée. L’empereur Constantin donna à Majume le nom de Constantia, en l’honneur de son fils, et lui accorda les honneurs et les privilèges de ville indépendante de Gaza ; mais l’empereur Julien lui ôta son nom et ses privilèges [M. Poujoulat a mis trois jours à visiter et à étudier Gaza, et a pu donner une idée complète de cette ville. Voyez la Correspondances d’Orient, lettre 131, tome 5 pages 394 et suivants, 410 et suivants]

Gazam