Soutenez l'application Bible.audio

 


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Dedan
Dictionnaire encyclopédique de la Bible de Augustin Calmet
Bost

Peuple d’Idumée ou d’Arabie. Voyez ci-devant Dadan. Il est très-croyable que ces deux noms ne signifient que la même chose, et que les peuples nommés Dédan, ou Dédanim dans Isaïe Jérémie, et Ézéchiel, sont les descendants de Dadan fils de Rhegma, petit-fils de Chanaan (Genèse 10.7), ou de Dédan, fils de Jecsan, petit-fils d’Abraham par Céthura (Genèse 25.3). Mais il est malaisé de discerner les uns des autres, parce que les caractères que l’Écriture nous donne de ces deux Dadan, ou Dédan, ne sont pas assez distincts. Les prophètes Isaïe (Isaïe 21.3), Jérémie (Jérémie 25.23 ; 49.8), et Ézéchiel (Ézéchiel 25.13), mettent visiblement les Dédanim avec les Arabes et les Iduméens, dans les prophéties fâcheuses qu’ils prononcent coutre eux. Nous croyons que ces prédictions furent accomplies au temps de Nabuchodonosor qui assujettit tous ces peuples cinq ans après la prise de Jérusalem. Ézéchiel met Dedan parmi les marchands qui venaient trafiquer à Tyr (Ézéchiel 27.15-10) il les met avec Gog et Magog qui viennent pour désoler et ravager (Ézéchiel 38.13) la terre d'Israël. Comme ces peuples demeuraient apparemment dans l’Arabie déserte, il est impossible de marquer au juste le lieu de leur demeure. Jérémie les met avec les Arabes qui coupent leurs cheveux en rond : Et Dedan, et Thema, et Buz, et universis qui attonsi sunt in comam.

[«Les Dedan ou Dedanim, dit Barbié du Bocage, étaient un peuple d’origine iduméenne, si l’on en croit Jérémie et Ézéchiel ; et cependant plusieurs auteurs, judicieux critiques, l’ont placé dans le golfe Persique, à l’une des îles Bahrein ou l’une des îles voisines (Heeren, Conn et Politiq des Peuples de l’Antig., t. 2 page 270; tradnct franç. d’Assemanni, Bibl orient., tome 3), position très-éloignée de l’Idumée, dont la limite orientale ne s’étendait guère au delà du 348 degré de long. Quoi qu’il eu soit, les Dédanites formaient une population très-commerçante, dont le trafic avec Tyr était considérable ; car ils venaient par caravanes jusque sur les marchés de cette ville, apporter de l’ivoire, de l’ébène et de magnifiques housses de chevaux, produits sans contredit étrangers à leur pays, mais qu’ils recevaient de nations plus éloignées par les différents ports de l’Arabie. Isaïe, menaçant l’Arabie de l’invasion des conquérants étrangers, ne manque pas de faire voir que le commerce qui forme la vie de ces populations, et entre autres de celles de Dedan, sera anéanti. ]